Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Est-de-l’Île-de-Montréal
AccueilCourrierPortail du Québec
augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteimprimer

« Notre échelle de temps met en lumière tout le chemin parcouru au sein de l'établissement, pour les deux missions, jeunesse et dépendance, depuis les 18 dernières années.

Aujourd'hui, forts de ces 18 années, à l'âge de la majorité et de cette maturité qui nous confère encore plus de convictions et d'assurance en nous-mêmes, nous entreprenons fièrement une nouvelle période de notre histoire et c'est résolument que nous empruntons la voie de la qualité. »

Danièle Dulude, directrice générale

 

Histoire

Le Centre jeunesse de Laval

Avant la réforme des services de santé et des services sociaux de 1993, le territoire de Laval faisait partie d'un plus grand ensemble soit la région du Montréal Métropolitain. À cette époque, les jeunes lavallois et leur famille avaient accès à une gamme de services répartis sur l'ensemble du territoire de Montréal et de Laval. Avec la réforme, le territoire du Montréal Métropolitain a été divisé en deux nouvelles régions, soit celles de Laval et de Montréal. Laval accédait ainsi au statut de région sociosanitaire distincte.

Cette nouvelle réalité a nécessité la mise sur pied, pour la région de Laval, d'un Centre de protection de l'enfance et de la jeunesse. Cette instance, mise en place en avril 1993, a été formée principalement à partir des ressources humaines et financières transférées du Centre de services sociaux du Montréal Métropolitain, du Centre de services sociaux Ville-Marie et du Centre de services sociaux juifs à la famille. C'est aussi à la même époque que le Centre de protection de l'enfance et de la jeunesse de Laval se regroupait avec trois centres de réadaptation pour les jeunes en difficulté d'adaptation déjà présents sur le territoire de Laval, soit le Centre de réadaptation Cartier, la Maison Notre-Dame de Laval et le Centre d'accueil Ste-Domitille. Ce nouveau regroupement formait à l'époque les Centres jeunesse de Laval. Le 14 décembre 1995, la fusion des quatre centres était légalement sanctionnée et le nouvel établissement prenait alors le nom qui est aujourd'hui le sien, soit le Centre jeunesse de Laval.

Un autre élément important à prendre en compte au moment de la création du Centre jeunesse de Laval en 1993 est le fait que l'ensemble des ressources sur l'ancien territoire n'était pas distribué également, de sorte que Laval se retrouvait avec une concentration très élevée de certains services et une absence quasi totale d'autres services. En effet, le Centre jeunesse de Laval comptait alors un nombre important de ressources d'hébergement de type sécuritaire, mais était dépourvu en ressources de type globalisant pour les garçons de 12 à 17 ans, ainsi qu'en services de réadaptation pour les enfants de 0 à 12 ans et les mères en difficulté d'adaptation. De plus, il y avait un manque de foyers de groupe pour toute clientèle, une pauvreté en ressources de type familial et une quasi absence de ressources intermédiaires. En conséquence, le Centre jeunesse de Laval devait requérir des services des Centres jeunesse de Montréal et leur en fournir. Cette réalité, quoique modulée différemment aujourd'hui constitue une particularité importante du Centre jeunesse de Laval.

En avril 1996, le Centre jeunesse de Laval s'est vu confier un nouveau mandat, soit celui d'accueillir et d'intégrer Domrémy-Laval alors responsable de dispenser sur le territoire de Laval des services de réadaptation aux adultes aux prises avec des problèmes d'alcoolisme ou de toxicomanie. Domrémy-Laval était jusque là un point de service de Domrémy-Montréal. En 1998, Domrémy-Laval change d'appellation et devient le Centre le Maillon de Laval. En 2009, celui-ci voit l'appellation de sa mission modifiée pour devenir la mission dépendance.

En mars 2003, le Centre jeunesse de Laval est devenu propriétaire de l'édifice abritant son siège social. Cet édifice accueille depuis des partenaires du réseau de la santé et des services sociaux (CRDI Normand-Laramée, CSSS de Laval) ainsi que des organismes communautaires.

Depuis 2004-2005, nous avons investi beaucoup d'efforts afin d'améliorer la qualité des milieux de vie dans les unités de réadaptation et les foyers de groupe. Ainsi, aux centres Cartier et Notre-Dame de Laval, nous avons réaménagé les locaux où sont accueillis les jeunes et nous avons notamment aménagé, avec la participation de ceux-ci, des espaces spécifiques de façon à leur permettre des moments de répit et de décompression. La mise en place de ces divers moyens dont des salles d'apaisement (Snoezelen) et de canalisation de l'agressivité, ont permis de réduire de manière significative l'utilisation de mesures de contrôle et de sécurité. Nous avons également procédé à des rénovations majeures principalement dans les cuisines et les salles de bain des unités ainsi que la réfection de tous les foyers de groupe. De plus, la cour intérieure du centre Cartier a été réaménagée pour améliorer les conditions de vie des jeunes.

À compter de 2008, nous avons connu dans le réseau jeunesse, une réforme majeure générée par la révision de la Loi sur la protection de la jeunesse. Consécutivement à celle-ci, des travaux très importants ont été réalisés au Centre jeunesse de Laval, tant en protection de la jeunesse qu'en réadaptation afin d'adapter nos pratiques cliniques ainsi que l'organisation des services à la clientèle pour se conformer aux nouvelles dispositions législatives.

Compte tenu du nombre important de services d'hébergement en réadaptation au Centre jeunesse de Laval en incluant les services dispensés au Centre jeunesse de Montréal-Institut universitaire, les travaux menés afin d'implanter le Règlement sur le recours à l'hébergement en unité d'encadrement intensif furent de grande envergure.

L'implantation de ce Règlement a nécessité non seulement une révision des paramètres cliniques, mais également le réaménagement physique des unités d'hébergement et des aires de circulation aux centres Cartier et Notre-Dame de Laval. De plus, nous sommes actuellement à réaménager les espaces extérieurs pour répondre aux besoins des différentes clientèles et aux paramètres légaux. Ce grand chantier nous a amené à revoir les pratiques professionnelles, les mécanismes d'accès et les protocoles d'application. Finalement, ajoutons que le type d'encadrement offert dans chacune des unités de réadaptation a été réévalué afin de s'assurer de bien répondre aux besoins de la clientèle. En conséquence, le protocole de collaboration entre le Centre jeunesse de Laval et le Centre jeunesse de Montréal-Institut universitaire a été révisé de sorte que maintenant les jeunes montréalais et montréalaises desservis dans nos installations de réadaptation se retrouvent dans tous les types d'encadrement soit régulier, dynamique, intensif ou dans les milieux de garde fermée. En 2010, toutes les jeunes filles montréalaises nécessitant des services d'encadrement intensif sont desservies au Centre jeunesse de Laval.

Finalement, en 2007-2008, tel que recommandé par le ministère de la Santé et des Services sociaux, une équipe multidisciplinaire en santé mentale a été implantée pour répondre aux besoins de la clientèle desservie au Centre jeunesse de Laval et outiller les intervenants.

Au cours de 2009, nous avons entrepris la deuxième démarche d'agrément de notre histoire en mettant de l'avant un slogan qui, par sa simplicité et sa force d'éloquence, illustre bien l'essentiel et le but poursuivi dans les efforts de chacun : « Notre qualité, nos services ». Au terme de cette démarche, le Conseil québécois d'agrément a octroyé au Centre jeunesse de Laval un agrément pour une durée de trois ans, soit 2010-2013.

                                                                                                           

Signaler une situation à la DPJ
Faites carrière avec nous
Devenir famille d'accueil
Devenir bénévole
J'aimerais adopter